logo Omloop van Vlaanderen
Logo FIALogo FIALogo BRC

1-2 SEPTEMBER 2023

Logo Muylle - Omloop van Vlaanderen
Logo Sani centrum Peter Ostyn - Omloop van Vlaanderen
Logo Olivier Construct - Omloop van Vlaanderen
Logo A&D Trucks - Omloop van Vlaanderen
MOBIL
Logo Sport Vlaanderen - Omloop van Vlaanderen
Godderis

Adrian Fernémont a tiré le premier

Adrian Fernémont a tiré le premier

Si la météo semblait évoluer positivement au moment du départ de la 60ème édition du ConXioN Omloop van Vlaanderen, les concurrents ont rapidement rencontré la pluie. Et celle-ci a généré un début de course un peu inédit, palpitant et riche en rebondissements. Quatre pilotes se sont partagés les scratches sur les 5 spéciales au programme de la soirée. Adrian Fernémont a tiré le premier, devançant Sébastien Bedoret de 1"9 et Kris Princen de 2"2. Puis Bedoret et Kevin Demaerschalk se sont montré les plus rapides sur les 8,2 km de Beveren, 0"8 devant Fernémont. Celui-ci restait leader au premier retour à Roulers. La pluie semblant s'accentuer avant d'aborder le zoning, tous les concurrents s'observaient et il y avait beaucoup d'hésitation dans le choix des pneus.

"Quand il pleut, j'estime qu'il faut mettre les pneus pluie," lançait de façon assez catégorique Lara Vanneste, copilote de Demaerschalk.

Le passage sur le zoning lui donnait raison. Kevin y devançait l'inattendu Niels Reynvoet de 4"5. Vincent Verschueren et les autres concédaient au moins 5". Demaerschalk prenait ainsi la tête de la course pour 3"6 devant Fernémont. Mais dans les deux chronos suivants, il ne pouvait confirmer...

"J'ai été ralenti par une crevaison lente," expliquait-il en fin de soirée. "J'ai sans doute fait une petite touchette au zoning. N'ayant pas de pneu pluie en réserve, je ne pouvais pas changer la roue. Nous regonflions le pneu avant chaque spéciale. Mais à 3 km de l'arrivée de la dernière, il a lâché. Je pense que nous avons perdu certainement 15". La Fiesta va bien dans ces conditions difficiles."

Fernémont en profitait pour signer un 2ème meilleur temps à De Ruiter et reprendre la tête pour 1/10. Et en n'étant battu que par Verschueren dans la dernière spéciale, il achevait la journée avec 8"8 d'avance sur Demaerschalk et 12"4 sur Ghislain de Mevius.

"J'ai fait le pari de rester en slicks après la 1ère boucle et ça a marché," se réjouissait Fernémont. "Sur le zoning, j'ai dû être prudent mais dans les deux autres, j'étais vraiment bien. Seul Verschueren m'a battu dans la dernière en roulant en pneus pluie. J'aime ce parcours où il faut être très précis."

3ème, Ghislain de Mevius était également enchanté: "Ce n'est pas mon type de parcours préféré mais j'apprécie la variété. Je prends en tout cas beaucoup de plaisir dans une lutte très serrée comme ici. Tout s'est bien passé jusque là."

4ème, Vincent Verschueren se disait soulagé: "Après la 1ère boucle, nous avons remarqué une fuite d'huile. Mais nous devions poursuivre sans assistance jusqu'en fin de journée. Je pensais ne pas aller jusque là. Tout avait mal commencé: j'ai câlé le moteur au départ de l'ES 1 et nous étions en slicks durs. Une catastrophe sous la pluie. Heureusement, la fuite d'huile, c'était seulement le bouchon du moteur qui était mal remis."

Après son scratch de l'ES 2, Bedoret espérait mieux que sa 5ème place de fin d'étape, à 19"4 de Fernémont. "Le début de course était très bien, malgré le manque de grip en pneus slicks," expliquait-il. "Mais ensuite, nous avons commis deux tout-droit. C'est regrettable."

"Le 2ème, le plus pénalisant, est de ma faute," avouait honnêtement Thomas Walbrecq, le copilote. "Je n'ai pas vu un piquet servant de repère et nous avons freiné trop tard."

Une des principales victimes de la soirée était toutefois Kris Princen, relégué en 7ème position à 23" du leader. "La voiture est inconduisible," regrettait le Limbourgeois. "Son comportement est inconstant. Je ne peux rien faire. Même en mettant le minimum de boost, ça ne va pas."

Kris est même devancé par PJM Cracco, qui aurait pu être 3ème s'il n'avait commis un tête-à-queue dans la dernière spéciale. Niels Reynvoet, 9ème, est l'autre bonne surprise de ce début de course. Il se disait enchanté d'avoir signé un 2ème et un 3ème temps.

Pieter Tsjoen (problèmes de vision nocturne) et Bob de Jong (qui regrettait d'être resté en slicks) étaient moins heureux. Et que dire que Patrick Snijers, éliminé dès l'ES 2 par une crevaison et un train arrière ouvert. Malgré deux crevaisons, Andy Lefevere était ainsi le meilleur pilote Porsche à la 12ème place. Deux places devant Stefaan Stouf, leader en Historic pour 13"9 devant Bjorn Syx.

Si Bedoret était de loin le mieux classé des pilotes engagés en TER, Steve Fernandes réalisait provisoirement une bonne opération dans le cadre de la course au titre en devançant nettement Stephan Göttig. Timo van der Marel intercalait son Opel Adam R2 entre eux, dominant la catégorie 1600cc. Il devançait comme d'habitude les Juniors, parmi lesquels Gilles Pyck et Tobias Brüls avaient pourtant mieux entamé l'épreuve.

Notons encore que Gunther Monnens menait les débats en M-Cup à la 17ème place.

Ce samedi, 3 boucles de 5 spéciales, totalisant plus de 163 km contre le chrono, sont encore en programme. Reste à voir ce que nous réserve la météo...

(Photos BRC Media)

Adrian Fernémont a tiré le premier Adrian Fernémont a tiré le premier